Deux volcans dangereux

 
view-volcanoes-kivu-drc72-1024x768.jpg

Le 22 mai 2021, la ville de Goma a vu la troisième éruption enregistrée du volcan Nyiragongo depuis 1894. L'éruption de 2021 a causé la mort de 32 personnes et le déplacement de plus de 450 000 personnes. La lave a coupé l'électricité, l'approvisionnement en eau et les routes dans certaines régions. La coulée de lave était aussi large qu'un kilomètre et s'est arrêtée à seulement 700 mètres de l'aéroport international de Goma. 

Au total, 18 villages et un quartier à la périphérie de Goma ont été détruits, affectant 4 500 ménages et laissant 20 000 personnes sans abri.

 

Lors de l'éruption du Nyiragongo du 17 janvier 2002,  entre 14 et 34 millions de mètres cubes de lave ont éclaté de fractures sur ses flancs sud en moins de douze heures. La lave fondue a continué à affluer vers le lac Kivu pendant encore quelques jours, créant un delta de 800 mètres de large et 120 mètres de long. La ville de Goma a été coupée en deux par l'une des trois coulées de lave. Les coulées de lave ont détruit un cinquième de la ville de Goma, dont un tiers de la piste de l'aéroport international de Goma, plus de 170 personnes sont mortes, plus de 350 000 personnes se sont auto-évacuées sur les 400 000 habitants de la ville de Goma, plus de 100 000 personnes ont été laissé sans abri, et l'économie a pris un coup sévère.  

 

L'éruption la plus meurtrière du Nyiragongo a eu lieu le 10 janvier 1977, lorsque plus de 600 personnes sont mortes. Le lac de lave du Nyiragongo a vidé 20 à 22 millions de mètres cubes de lave en moins d'une heure. Les coulées de lave sont arrivées à Goma à une vitesse pouvant atteindre 100 kilomètres par heure. Cette éruption rappelle la puissance destructrice du Nyiragongo.

 

Alors que Goma continue de croître rapidement en population et vers le volcan Nyiragongo, davantage de personnes seront menacées lors de la prochaine éruption. De plus, le Nyiragongo possède de nombreux cônes de tuf à l'intérieur de la ville de Goma et sous le lac Kivu. Par conséquent, la prochaine éruption pourrait commencer au milieu de Goma ou sous le lac Kivu avec le risque de provoquer une éruption limnique du lac ou un tsunami.